Mots-clefs

, , , , , ,

quelques références:

§ la mission de Baltasar Barreira à Joal et Portudal (1609)

par P.Pinto-Bull et J. Boullègue, Notes Africaines n° 130, 1971

« Le Père Baltasar BARREIRA dirigeait une mission de quatre jésuites qui quittèrent Lisbonne pour l’île de Santiago du Cap-Vert en juin 1604. Baltasar BARREIRA avait alors environ 60 ns et il possédait une expérience missionnaire car il avait été pendant quatorze ans supérieur de la mission d’Angola, selon le chroniqueur des missions jésuites , Fernéão GUERREIRO (1).

(…)  C’est par accident que Baltasar BARREIRA se trouva amené à visiter Joal et Portudal ; en 1609, au cours d’un voyage entre la Sierra Leone et l’île de Santiago, le bateau  qui les transportait fut contraint d’aborder à Joal. Il mit à profit ce contretemps pour prêcher dans cette localité et dans la localité voisine de Porto d’Ale (dont les Français ont fait Portudal), où se trouvaient des communautés commerçantes de chrétiens (Portugais établis définitivement en Afrique ou lançados, métis issus de ceux-ci et noirs christianisés  à leur contact.

Tiré du récit même de Baltasar (…) Le principal port est celui de Ale, l’autre celui de Joala. Nous arrivâmes à celui-ci, après de nombreux détours, car le pilote ne le connaissait pas. Je débarquai le jour de la Saint-François ; les Portugais qui y résidaient vinrent m’attendre à la plage, me félicitant pour mon voyage et pour mon arrivée, manifestant des signes de grande joie. Le principal (6) me prit à sa charge, mettant à ma disposition des maisons séparées, près d’une espèce d’église qu’ils ont là, et pendant tout mon séjour, il me donna toujours tout ce dont j’avais besoin, avec tant de charité et de générosité que j’eus du mal à obtenir de lui qu’il se modérât

Arrivée à Porto d’Ale après avoir traversé la forêt de Mbour à cheval, avec une escorte (…) « Le Visitador sortit pour nous recevoir avec les Portugais du bourg, qui sont nombreux, et l’Alcaide musulman, gouverneur de ce port, qui m’embrassa aussi, comme les autres, me félicitant pour mon voyage, et affirmant que sa joie de me voir n’était pas moindre que celle des Portugais. C’est alors que, parce que les musulmans appellent les prêtres les Rois de Blancs, le Visitador lui dit en me désignant : celui-ci est le grand Roi des Blancs. Et parce qu’il était très fin et qu’il connaissait très bien les choses de notre religion, il montra qu’il comprenait ce que le Visitador voulait dire. Avant d’entrer dans le bourg, en passant près d’une croix plantée sur la plage, je me mis à genoux, et priai devant elle ; tous ceux qui m’accompagnaient firent de même, en présence non seulement des musulmans, mais aussi de beaucoup d’hérétique de nombreuses nations qui étaient présents » (…)

Ce récit complet, extrait d’une publication de l’IFAN-CAD, ainsi que les livres cités ci-dessous, sont disponibles sur commande. Voir les modalités sur notre page « Liste des articles »

§ Relation de Francisco d’Andrade sur les îles du Cap Vert et la côte occidentale d’Afrique (1582)   par J. Boullègue         Bulletin série B, tome XXIX, 1967 n° 1-2

§ Le Padrão du Musée Historique de Gorée : histoire d’une Croix, par Abdoulaye Camara, ancien conservateur du Musée de Gorée, Notes Africaines n° 203-204, 2002

Publicités